Skol prevez Braspartz o klask chom digor c’hoazh (pennad 1)

, par  herve , popularité : 3%

"Skol ar seurezed", mod-se veze anvet gwechall skol prevez ar merc’hed pa oa unan er barrez.

Bremañ int deuet da vezañ skolioù evel ar re all kwazimant peogwir emaint holl "sous contrat" gant ar Stad. Ha n’eus ket ken a seurezed oc’h ober skol.

Memestra ne ya ket an traoù re vat d’ar poent-mañ rak niver a vugale enskrivet a ya war zisken.

Remi Colleter n’oa kontet da Gristian raktresoù brav Louis Priser, skolaer skol bublik an Uhelgoad, hag ar vuhez er skolioù laïk ’d’ar poent-se.

Amañ n’eo ket ar memes son ken peogwir ’maomp o kaozeal gant Charlez an Dreo, tost e galon eus skol prevez Brasparts, met digor e spered war ar gevredigezh en dro dezhañ ha dazont an deskadurezh.

Enrollet eo bet e brezhoneg penn-da-benn, met sikouret ’vo an dud da vont daheul en ur lakaat un nebeut displegadennoù e galleg.

Nous sommes avec Charles le Dréau qui milite pour le maintien de l’école privée à Brasparts.

On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec le récit de Rémi Colleter qui a raconté à Christian les réalisations d’un instituteur passionné dans les années d’après-guerre : Louis Priser, instituteur à l’école publique d’Huelgoat.

Charles le Dréau, de son côté, défend la diversité et la liberté de choix pédagogique.

L’interview est découpé en 8 paragraphes diffusés en deux articles. Un petite explication en français sera fournie à chaque fois.

Selaou, écouter :
Skol1
Charles raconte ce qui s’est passé depuis la manifestation de début Février 2021 et fait un peu l’historique de l’école. Il pense que l’aspect religieux n’est plus d’actualité. D’autres raisons sont à prendre en compte...
Selaou, écouter :
Skol2
Question d’Hervé : Où est le problème dans la mesure où l’école publique pourrait accueillir tout le monde ? Charlez refait l’historique. Il semble que la création de « l’école des sœurs » soit antérieure à la construction de l’école publique.
Selaou, écouter
Skol3
Charlez évoque les deux système, les privé et le public : pour lui, les deux ont leurs mérites
Selaou, écouter
Skol4
Charlez parle des différences de projet. L’engagement pour l’école semble plus nécessaire du côté privé car une partie des dépenses reste à la charge de l’association des parents , mais il signale que la mairie a toujours veillé à une juste répartition des crédits « fournitures scolaires » entre les deux écoles.